Une nouvelle thérapie à base d'anticorps prometteuse dans le traitement du cancer de la prostate chez le chien.

Publié 25 Février 2022

Des scientifiques de l'Université de Tokyo ont obtenu des résultats positifs avec un nouveau médicament à base d’anticorps contre le cancer de la prostate chez le chien.

Il s'agit de la première utilisation de chiens de compagnie dans une étude avancée sur le cancer de la prostate. L'université a exploré les voies du cancer pour contourner le système immunitaire. Les découvertes de l'étude, qui ont lié un médicament d'anticorps aux taux de survie sensiblement plus élevés, ont été publiées dans le Journal for ImmunoTherapy of Cancer.

L'équipe de recherche s'est spécifiquement penchée sur les cellules T régulatrices (ou Tregs) - un type de globule blanc censé empêcher le système immunitaire de reconnaître et d'attaquer le cancer de la prostate et d'autres cellules cancéreuses. Les Tregs ou lymphocytes T suppresseurs jouent un rôle essentiel en veillant à ce que le système immunitaire n'attaque pas les propres cellules de l'organisme. 

Le professeur adjoint Shingo Maeda, chercheur principal de l'étude, a déclaré : « Les glandes prostatiques des chiens partagent de nombreuses similitudes avec celles des humains. Ils sont en fait le seul autre animal qui souffre d'une incidence significative de cancer de la prostate, et le cancer a des caractéristiques cliniques très similaires, y compris l'apparition tardive et le schéma de croissance du cancer, à celui des humains ». 

Les chercheurs ont pu utiliser des chiens atteints d'un cancer de la prostate d'origine naturelle pour étudier le mécanisme derrière l'infiltration de Treg et mesurer l'impact d'un traitement anti-Treg. Ils ont mené un essai préclinique sur le mogamulizumab – un médicament anticorps cloné à partir de globules blancs qui bloque le CCR4, qui est un récepteur protéique clé qui attire les Tregs.

Les chiens qui ont reçu du mogamulizumab ont montré une diminution de la circulation des Tregs, une amélioration de la survie et une faible incidence d'événements indésirables. À la suite de l'utilisation réussie d'un modèle canin de cancer de la prostate, les scientifiques cherchent à poursuivre la recherche chez l'homme.