Survie des chiens atteints d’ostéosarcome : du nouveau.

Publié 06 Avril 2022

Une étude est publiée où 284 chiens qui ont présenté un ostéosarcome des membres ont été évalués. 

La plupart des chiens atteints d'ostéosarcome des membres présentent des signes évidents de douleur. Le fait que la douleur réponde de manière variable aux traitements antalgiques signifie qu'elle reste problématique, en raison de son impact négatif sur la qualité de vie des animaux.

D'autre part, la douleur associée à l'ostéosarcome peut également influencer le pronostic. À ce sujet, il est prouvé que, chez les chiens subissant une chimiothérapie et une radiothérapie pour un ostéosarcome des membres, une douleur intense prédit une survie globale courte.

Cependant, il n'est pas clair si la douleur est simplement un indicateur de décès précoce associé à l'ostéosarcome, ou s'il existe un véritable lien mécanique entre la douleur et la progression du cancer. Une considération à ce stade est que les stimuli des récepteurs de la douleur qui se produisent pendant la progression tumorale et conduisent à la génération de signaux de douleur, peuvent également favoriser un comportement tumoral agressif.

Sur la base de ces prémisses, une étude a été menée dans le but de déterminer si, chez les chiens traités par amputation d'un membre et chimiothérapie adjuvante de l'ostéosarcome, les résultats oncologiques sont affectés par la sévérité initiale de la douleur associée au cancer, ou par les approches utilisées pour la gestion de la douleur périopératoire.

Les données ont été extraites des dossiers médicaux de 284 chiens ayant subi une amputation d'un membre et une chimiothérapie (carboplatine et/ou doxorubicine) entre 1997 et 2017 pour un ostéosarcome localisé (non métastatique) des membres.

L'impact des niveaux de douleur de base notés rétrospectivement (élevé par rapport à faible) et l'influence de divers traitements analgésiques et anesthésiques locaux, à la fois sur la survie sans métastases et sur la mortalité toutes causes confondues, ont également été déterminés. 

Pour l'ensemble de la population étudiée, l'intervalle médian sans maladie associée au cancer et les durées médianes de survie globale étaient de 253 et 284 jours, respectivement. La douleur initiale a été jugée « faible » chez 84 chiens et « élevée » chez 190 chiens.

Compte tenu des influences possibles des facteurs étudiés, les chiens traités avec ce qui a été caractérisé comme un plan analgésique périopératoire de haute intensité (comprenant un anti-inflammatoire non stéroïdien [AINS] et un cathéter à élution de bupivacaïne placé dans le site d'amputation) avaient une chance de survie plus élevée que les chiens traités avec un plan antalgique périopératoire de faible intensité (pas d'AINS, pas de cathéter).

Sur base de ces résultats, les auteurs expliquent que "l'utilisation d'un cathéter à élution de bupivacaïne en combinaison avec une administration périopératoire cohérente d'AINS était associée à une survie prolongée".

Ils ajoutent que « la base biologique de ce résultat est inconnue. Quoi qu'il en soit, la perspective de pouvoir prolonger la survie des patients atteints d'ostéosarcome en optimisant l'analgésie périopératoire est passionnante.