Relation entre le régime périnatal et le développement de l'atopie à l'âge adulte chez le chien

Publié 04 Juin 2021

De nouvelles preuves révèlent la relation entre l'alimentation de la mère et des chiots et le développement de l’atopie chez les chiens adultes.

Des scientifiques du groupe de recherche multidisciplinaire "DogRisk" de l'Université d'Helsinki ont découvert de nouveaux facteurs de risque dans les premiers stades de la vie qui affectent la prévalence de la dermatite atopique chez les chiens adultes. Ces résultats peuvent même être intéressants pour la médecine humaine, car la maladie partage des caractéristiques chez les jeunes chiens et chez les enfants.

Dans le cadre de la recherche, un questionnaire a été proposé à plus de 12 000 propriétaires de chiens sur la routine alimentaire de leurs animaux de compagnie. Les données obtenues ont permis d'associer de nombreux facteurs de risque, à la fois non modifiables et modifiables, à la prévalence de la dermatite atopique canine.

Il existe une prévalence plus élevée d'atopie à l'âge adulte associée aux chiens dont la race est prédisposée aux allergies, dont la mère a des antécédents d'atopie et lorsque plus de 50% du pelage du chien est blanc. Mais le plus intéressant dans cette étude est la relation avec l'alimentation dans les premiers stades de la vie de l'animal et l'apparition à l'âge adulte de la maladie.

En ce sens, on a pu conclure de l'étude qu’une alimentation qui n'est pas traitée à la chaleur et qui est formulée avec de la viande pendant la période de gestation pour la mère, ainsi que la première alimentation solide offerte aux chiots pendant la période postnatale précoce (à l'âge de 1 à 2 mois), présentent un effet positif sur le non-développement de l'atopie à l'âge adulte. Le même régime indiquait également une protection à un stade ultérieur du chiot (à l'âge de 2 à 6 mois), mais cette découverte n'était pas très concluante. 

En revanche, un régime maternel ultra-transformé à base de glucides pendant la gestation, ainsi que le premier régime solide des chiots au début de la période postnatale, ont augmenté l'incidence de la maladie chez les chiens adultes.

« Comme les régimes alimentaires transformés ont également un profil de macronutriments très différent, à ce stade, il est impossible de dire si c'est le manque de « cuisson », la quantité minimale de glucides, de conservateurs et de colorants, la qualité et la quantité différentes de protéines et de graisses animales, le manque de stérilité de la nourriture, ou autre chose, qui a révélé que la nourriture crue peut être liée à la prévalence de l'atopie canine », explique Manal Hemida, chercheuse principale de l'étude.

En plus de ces éléments, vermifuger la mère pendant la grossesse, exposer les jeunes chiots au soleil pendant au moins une heure par jour, passer du temps sur de la terre ou de l'herbe avant l'âge de six mois, garder de jeunes chiots en bonne condition physique et continuer à vivre dans la même famille, frères, sœurs et mère, ont été associés à une diminution significative du risque de dermatite atopique à l'âge adulte.

Cependant, « ces résultats ne font que suggérer un lien de causalité, mais ne le prouvent pas. Une intervention diététique pendant la grossesse et au début de la vie est nécessaire pour confirmer nos résultats », explique la professeure agrégée Anna Hielm-Bjorkman.