Que peut faire un vétérinaire pour prendre soin de la planète ?

Publié 02 Décembre 2020

Le développement de pratiques durables telles que la réduction des plastiques et la prévention des maladies, améliore la santé des humains, des animaux et de l'environnement. 

Le concept « One Health », où la santé humaine, la santé animale et le bien-être environnemental sont étroitement liés est largement répandu. Mais ces derniers temps, principalement en raison de la pandémie de COVID-19, le volet environnemental a été quelque peu mis de côté.

En août dernier, des experts de divers domaines ont débattu des questions de santé environnementale lors du Sommet annuel sur la santé mondiale à la Convention virtuelle de l'American Veterinary Medicine Association (AVMA), où le rôle des vétérinaires en matière environnementale a été mis en évidence et approfondi. Jonna Mazet, directrice exécutive du One Health Institute de l'Université de Californie-Davis et professeure d'épidémiologie et d'écologie des maladies au Collège de Médecine Vétérinaire de la même université, a parlé dans sa session de la pandémie COVID-19, de la santé de la planète et de comment les vétérinaires peuvent en favoriser le respect de la science.

« Ce sont réellement les actions humaines, sur cette Terre, qui sont à l'origine des perturbations et des changements dans notre écosystème. Nous ne pouvons pas simplement penser aux problèmes. Nous devons réfléchir aux moteurs de ces problèmes, tels que l'utilisation des terres, le changement climatique, le développement économique, la mondialisation, l'extraction et l'utilisation de l'énergie et les migrations. Comment vivons-nous les modes de vie que nous souhaitons, nous maintenons-nous en bonne santé et protégeons la biodiversité? ». Elle défend que, connaissant le demi-million de virus zoonotiques qui peuvent se propager et nous infecter, en plus de maintenir la planète en meilleure santé, nous pouvons arrêter les épidémies et les empêcher de devenir des pandémies.

En ce sens, Mazet conseille aux vétérinaires de promouvoir le respect de la science pour générer une volonté politique. « Ensemble, nous pouvons faire une différence, mais nous devons travailler ensemble. Nous ne pouvons pas attendre que les choses changent. Nous devons faire tout ce que nous pouvons, et je crois que les vétérinaires sont ceux qui peuvent guérir la planète et peuvent convaincre leurs voisins et leurs communautés de les aider ».

Le problème du plastique

D'autre part, Karyn L. Bischoff, toxicologue vétérinaire au New York State Animal Health Diagnostic Center et professeure de toxicologie au Cornell University College of Veterinary Medicine, et Danielle M. Scott, Master en sciences environnementales et étudiante en deuxième année au Collège de médecine vétérinaire et de science biomédicale de l'Université d'État du Colorado, ont discuté de la question des plastiques à usage unique et de la manière dont les bonnes pratiques vétérinaires pourraient réduire leur utilisation. 

Aujourd'hui, plus de 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année et 50 % des plastiques sont à usage unique. De tout cela, 13 millions de tonnes se retrouvent dans l'océan chaque année. « Bien que les produits et emballages jetables soient pratiques, ils affectent la santé de la planète et nous devons prendre nos responsabilités », déclare Bischoff.

De plus, Scott suggère de mettre en œuvre une série de pratiques vétérinaires pour commencer à réduire les déchets plastiques. Contacter les autorités locales pour voir exactement ce qui est accepté pour le recyclage, examiner combien et quel type de déchets sont produits, identifier les articles qui peuvent échapper à la décharge, envisager de réduire les articles à usage unique, ou éliminer autant que possible le papier au profit des supports électroniques sont quelques-uns des conseils que les experts suggèrent pour aider à réduire l'utilisation de plastiques jetables ou leur recyclage ultérieur.

L’environnement et sa relation avec la santé 

Enfin, John L. Gittleman, doyen de la Odum School of Ecology de l'Université de Géorgie, a expliqué qu'à mesure que la population humaine augmente, la probabilité d'apparition de maladies augmente. Dans ce sens, il expose que les épidémies mondiales ont souvent des liens avec des changements d'origine humaine dans l'environnement, tels que la pollution, le développement ou la guerre. « De plus en plus, nous devons penser la recherche de manière intégrative et collaborative, comme le souligne le concept One Health, pour élargir la collecte de données, mais avec le bon type de données », précise-t-il.

De même, Simon Doherty, vice-président senior de la British Veterinary Association, voit des liens entre la durabilité et une meilleure santé pour les humains, les animaux et l'environnement. Doherty dit que, dans le rôle éducateur du vétérinaire, la durabilité consiste à apprendre aux éleveurs à gérer leurs terres pour promouvoir la biodiversité ou à enseigner au public que les aliments pour chiens et chats peuvent réduire les déchets en utilisant des protéines qui ne sont pas attractives pour les humains.

Doherty recommande aux vétérinaires de terrain d'inclure la médecine préventive et la planification de la santé du troupeau. De plus, il estime que les vétérinaires de petits animaux peuvent réduire la contamination en comprenant les risques écologiques des produits qu'ils utilisent. « Si nous pouvons vraiment améliorer le lieu de travail, promouvoir des modes de vie durables, promouvoir un bon équilibre entre le travail et la vie privée et une bonne santé physique et mentale, nous espérons qu'avec le temps, nous pourrons également améliorer la résilience et le maintien des vétérinaires dans la profession », ajoute-t-il.