Publication d’un guide sur les transfusions sanguines chez le chat

Publié 09 Août 2021

Un texte présentant des protocoles éthiques et d'action a été publié pour gérer efficacement les transfusions sanguines chez les félins.

Les transfusions sanguines sont une procédure courante dans la pratique médicale, au cours de laquelle le sang donné est utilisé pour remplacer le sang perdu à la suite d'une blessure ou d'une intervention chirurgicale, ou pour traiter des conditions médicales graves. La procédure n'est pas effectuée de manière routinière dans le traitement des chats domestiques, mais, comme pour les humains, elle peut sauver des vies.

La disponibilité des donneurs a été une limitation dans la pratique vétérinaire de soins de première ligne, mais avec la croissance des banques de sang offrant un meilleur accès au sang félin, le processus est susceptible de devenir plus courant.

Face au besoin de conseils faisant autorité, non seulement sur les meilleures pratiques, mais aussi sur certaines considérations importantes au-delà de la procédure clinique elle-même, la Société internationale de médecine féline (ISFM) a publié des lignes directrices à cet égard.

Les auteurs sont un groupe international d'experts vétérinaires ayant des connaissances en maladies infectieuses, en anesthésie, en soins intensifs et en médecine interne, et avec une expérience clinique dans la collecte de sang et la pratique de transfusions chez des milliers de patients félins.

Le sang est une ressource très précieuse qui est collectée pour le bénéfice du chat receveur, sans bénéfice pour le donneur. Un principe de base des conseils de l’ISFM est que le vétérinaire a la responsabilité de soigner correctement les deux parties.

ALLOANTICORPS DANS LE SANG DES CHATS

La prise en charge d'un patient nécessitant un tel traitement est un défi clinique. L'identification du besoin d'une transfusion sanguine n'est que la première étape. Le vétérinaire doit établir un bénéfice clair pour le receveur et, surtout, doit s'assurer que du sang compatible est administré. Cela nécessite la détermination du groupe sanguin du chat donneur et receveur. 

Le fait qu'un individu soit de type A, B ou AB dans le système de groupe sanguin « AB » qui existe chez les chats dépend en partie de la géographie et de la race. Le type A est le phénotype le plus répandu dans le monde et les chats siamois, par exemple, seraient exclusivement de type A. Le type B a une prévalence beaucoup plus faible, bien qu'il ne soit pas rare chez les chats sans pedigree en Australie et aussi chez les chats britanniques. De son côté, le type AB est beaucoup plus rare. 

Les groupes sanguins sont dus à des marqueurs antigéniques génétiquement déterminés (alloantigènes) présents à la surface des globules rouges. Les chats, contrairement aux chiens, possèdent des alloanticorps naturels contre les alloantigènes « étrangers ». Ces alloanticorps reconnaîtront les alloantigènes d'un autre chat. Les chatons développent ces anticorps entre 6 et 8 semaines. Cela complique le processus de transfusion sanguine et peut entraîner des réactions transfusionnelles potentiellement mortelles. Ces alloanticorps sont également responsables de l'isoérythrolyse néonatale, l'une des causes de décès du nouveau-né.

Alors que le risque de réaction transfusionnelle augmente avec les transfusions suivantes, une réaction peut survenir même avec une première transfusion sanguine. En plus du groupe sanguin, les lignes directrices discutent de l'avantage du « cross-matching », par lequel le sang du chat donneur et receveur sont mélangés pour une réaction avant la transfusion, et recommandent fortement qu'une comparaison croisée soit effectuée pour les receveurs aux antécédents de transfusion inconnus ou qui ont déjà présenté antérieurement une réaction transfusionnelle.

D'autre part, les risques liés à la transfusion incluent également la transmission d'agents infectieux du donneur au receveur, qui peut être largement évitée par la sélection et le dépistage des donneurs. Ce processus devrait varier selon les pays et les régions et dépendra des maladies endémiques locales.

GESTION ÉTHIQUE DU CHAT DONNEUR ET RECEVEUR 

L'un des défis particuliers entourant la transfusion sanguine chez le chat est qu'il existe également des risques pour le donneur liés à une sédation souvent nécessaire, ainsi qu’à la ponction veineuse et la prise de sang elle-même. Bien qu'une technique prudente puisse aider à atténuer les risques, cela représente une situation relativement unique dans la pratique clinique vétérinaire dans le sens où cette intervention spécifique n'apporte aucun avantage à l'animal donneur.

Dans une annexe jointe qui traite des considérations éthiques de la transfusion sanguine, les lignes directrices reconnaissent que « le donneur peut être inapproprié dans ce contexte, car il implique un consentement ou un « cadeau » que les chats eux-mêmes ne peuvent pas décider ». « Collecter » peut être un terme plus précis, mais moins confortable pour la collecte de sang.

Les donneurs sont souvent des chats appartenant au personnel de la clinique ou d'autres chats appartenant à des propriétaires de chats receveurs. Parfois, les chats donneurs peuvent êtres des volontaires d’une association publique. De nombreuses cliniques vétérinaires tiennent un registre de donneurs appropriés vers lesquels se tourner en cas de besoin. Dans certains cas, des chats sans propriétaire peuvent également être utilisés. 

Les directives soulignent que le devoir de diligence du vétérinaire s'étend au propriétaire ou au gardien du chat donneur, qui doit connaître le processus et les risques. Pour aider à cela, International Cat Care, l'association caritative mère de l'ISFM, a créé une ressource qui explique comment procéder si les propriétaires envisagent d'offrir leur chat comme donneur de sang, si leur chat a besoin de recevoir la transfusion.

Dans le cas où des produits sanguins sont achetés via une banque de sang, le professionnel doit confirmer l'origine du produit et le bien-être des donneurs approvisionnant la banque de sang. Une prise de décision éclairée concernant l'utilisation de produits sanguins chez les chats exige que le vétérinaire équilibre soigneusement le bénéfice clinique pour le chat receveur, la pertinence et le bien-être du chat donneur, et la justification éthique de la procédure.

L'objectif de ces nouvelles directives est à la fois de faciliter ce processus et d'aider à garantir que la santé et le bien-être des chats donneurs et receveurs reçoivent la même priorité.

Vous pouvez accéder au document complet sur ce lien.