Promouvoir le vieillissement canin en bonne santé grâce à la rééducation

Publié 27 Juin 2022

Le concept de « vieillir en bonne santé » a émergé en médecine humaine pour atténuer les changements liés à l'âge et s’étend maintenant à la médecine vétérinaire.

Le patient canin se présente dans un service de réadaptation vétérinaire pour diverses raisons, telles qu'une diminution marquée de la mobilité à domicile, une kinésithérapie postopératoire ou une diminution de la mobilité constatée par un autre vétérinaire.

De leur côté, les animaux gériatriques, compte tenu des progrès des soins vétérinaires, représentent un pourcentage élevé de la population d'animaux de compagnie, et leur nombre augmente chaque année.

En outre, un pourcentage important de patients vétérinaires ayant des limitations de mouvement pourraient être largement classés comme gériatriques ou vivant au stade final de leur espérance de vie prévue.

Parce que la mobilité est en corrélation avec la qualité de vie, en particulier en ce qui concerne le délai avant la mort chez les chiens vieillissants, des vétérinaires ont produit une publication dans le but principal d'optimiser la santé gériatrique canine et de promouvoir l'amélioration des mouvements fonctionnels de ces animaux.

Au sein de la population gériatrique, un vétérinaire qualifié en réadaptation peut utiliser sa formation pour identifier les handicaps qui affectent la vie quotidienne des chiens, ainsi que la qualité de vie, pour fournir des pronostics appropriés, des objectifs de traitement et des mesures à mettre en œuvre pour des résultats plus solides.

En médecine humaine, le concept de « vieillissement optimal », ou « vieillissement en bonne santé », est apparu comme un concept contre les inévitables changements néfastes liés à l'âge, afin que ceux-ci puissent être minimisés ou évités à différents niveaux de santé physique, mentale, émotionnelle et sociale.

Concernant le domaine vétérinaire, « tant l'environnement que la génétique peuvent influencer le vieillissement. Par conséquent, l'identification et l'amélioration des variables environnementales que nous pouvons contrôler restent un élément clé pour optimiser le vieillissement », déclarent les experts.

OBÉSITÉ ET VIE SÉDENTAIRE

Le diagnostic et le traitement des comorbidités liées à l'âge, fréquentes chez les populations âgées, permettent une meilleure qualité de vie et affectent souvent directement ou indirectement la mobilité. Les auteurs citent l'obésité et un mode de vie sédentaire comme promoteurs de la morbidité liée à l'âge commune aux humains et aux chiens.

Par conséquent, des choix de mode de vie saine, notamment une bonne nutrition et des exercices ciblés, « jouent un rôle clé dans la réduction de cette morbidité et l'amélioration du vieillissement ».

Ils considèrent également l'importance de « créer des plans de physiothérapie plus efficaces dans le but de contrer le dysfonctionnement et l'invalidité ». Par exemple, un chien souffrant de Cushing, disent-ils, peut souffrir d'une perte de masse musculaire, d'une diminution de l'endurance et d'une dégénérescence des structures ligamentaires et tendineuses dans le cadre de la maladie, qui affectent tous les mouvements.

« Nous pensons qu'une évaluation complète des patients gériatriques canins doit inclure l'identification de toutes les variables qui affectent l'état de santé, le diagnostic des comorbidités liées à la maladie et au vieillissement et la caractérisation du handicap avec des méthodes standardisées. Ce n'est qu'à travers ce processus que nous pourrons construire une vision globale et raisonnable du vieillissement canin », expliquent-ils.

En outre, ils déplorent que « le domaine vétérinaire manque de systèmes de notation standardisés pour mieux évaluer et gérer une population croissante de patients canins gériatriques. Parce que les chiens gériatriques souffrent souvent de problèmes de mobilité liés à la maladie ou au processus de vieillissement, ils ont besoin de soins de réadaptation complets pour optimiser leur santé. »

Par conséquent, ils demandent instamment « d'examiner la littérature disponible afin de fournir une base pour l'évaluation gériatrique canine, l'établissement d'objectifs et le suivi, et proposer un cadre testable pour la notation fonctionnelle spécifique à la gériatrie. Nous espérons que cette revue favorisera des idées pour la recherche spécifique de réadaptation en gériatrie canine. »