Petit guide des soins postopératoires à domicile : que dire au propriétaire pour qu’il puisse les prodiguer correctement à son animal convalescent ?

Publié 06 Février 2018

Le succès et la récupération d'une intervention chirurgicale sont en partie déterminés par la qualité des soins postopératoires prodigués à domicile par le propriétaire, une fois l’animal rentré à la maison.

Des instructions complètes et simples sont donc essentielles pour assurer une récupération optimale. Attention au vocabulaire que vous utilisez ! Les clients ne sont pas toujours familiers avec les termes vétérinaires et donc, exprimez vos directives et conseils de manière simple et claire.

Formulez vos instructions par écrit, car le propriétaire peut être dépassé par les soins postopératoires et oublier une partie des conseils que vous lui auriez donnés oralement.

Les instructions trop complexes peuvent être mal interprétées, ce qui peut compliquer et allonger la période de convalescence. Nous vous proposons 5 étapes pour vous assurer que le client comprend parfaitement les soins dont son animal a besoin.

1. Expliquez chaque médication

Décrivez clairement chaque médicament et son objectif (par exemple : antibiotique, analgésique, anti-inflammatoire) pour aider le client à comprendre comment il contribue au rétablissement du patient. Expliquez comment, quand et à quelle fréquence chaque médicament doit être administré.

Prévenez le propriétaire de l’éventuel risque d’effets secondaires (selles molles, vomissements, polyurie, polydipsie, …) et veillez à ce qu’il sache dans quel cas il doit s’inquiéter et vous appeler sans tarder.

Idéalement, faites une démonstration au client de l’administration des premiers médicaments et assurez-vous qu’il a compris et qu’il est capable de le faire lui-même.

2. Montrez et décrivez le site chirurgical

A moins que la plaie ne soit déjà protégée par un pansement, montrez au client le site chirurgical. Discutez de la couleur et de l'apparence de la plaie, y compris le nombre et le type de points, et décrivez comment la plaie devrait évoluer pendant le processus de cicatrisation.

Fixez déjà un rendez-vous pour un contrôle et si nécessaire, le retrait des points. Expliquez qu’une rougeur, un suintement ou un écartement des bords de la plaie peuvent être les signes d’une infection et qu’en pareil cas, le propriétaire doit vous prévenir le plus vite possible pour un examen complémentaire.

Sans mesure de protection du site chirurgical, il est probable que le patient lèchera sa plaie. Un léchage excessif doit être évité. Des sprays, gels répulsifs aromatisés ou autres, peuvent être appliqués modérément autour de l'incision pour prévenir le léchage. Des dispositifs tels que des colliers élisabéthains ou des colliers BiteNot peuvent être nécessaires si d'autres moyens ne sont pas suffisants.

Prendre des photos de la plaie - tous les deux jours par exemple - peut aider le client à surveiller les progrès de la guérison. Les photos peuvent servir de référence si la guérison ralentit ou si des changements inattendus sont notés dans l'aspect de l'incision.

3. Discutez de l’importance de la qualité du bandage

Si le site chirurgical est entouré d’un bandage, expliquez l'importance du pansement et assurez-vous que le client comprend combien de temps il doit rester en place. Montrez comment vérifier si le pansement a glissé et comment il peut être repositionné. Expliquez comment garder le pansement propre et sec et conseillez au client de vérifier l'odeur du pansement au moins une fois par jour.

Que signifient les odeurs ?

Les clients doivent savoir qu'ils doivent vous appeler immédiatement s'ils sentent une odeur anormale au niveau de la plaie. Cette odeur peut indiquer la présence de bactéries, le développement d’une infection grave ou d’une nécrose, ou simplement que de l’humidité a pénétré dans le pansement et est en train de le dégrader.

Si un membre est bandé, montrez au client comment vérifier la température, la couleur et le gonflement des orteils. Demandez au propriétaire de vous prévenir si l’animal lèche ou mordille le pansement.

4. Parlez des restrictions d’exercice physique

Passez en revue les recommandations ou les restrictions d’exercice physique. Un animal avec une blessure abdominale devrait être empêché de sauter pendant au moins 2 semaines pour permettre à la paroi abdominale de guérir.

Si la marche est permise, donnez des instructions explicites par écrit, et pas seulement limitées à la marche en laisse. Le client doit promener l’animal avec une laisse de 1,5 mètre maximum. Laisser le patient seul, attaché à une longue laisse à l’extérieur n’est évidemment pas une option.

Si vous recommandez des promenades courtes et limitées avec une progression graduelle vers une activité normale, donnez au propriétaire un calendrier précis, décrivant la progressivité des activités de revalidation jusqu’à la reprise de l’activité normale. Montrez également au propriétaire comment faire effectuer des exercices de rééducation spécifiques.

Demandez aussi au client de retarder le bain de son animal d’au moins 2 semaines pour permettre à la plaie de guérir correctement. Et bien sûr, le bain doit aussi être postposé après le retrait du pansement et des sutures.

5. Insistez sur le régime alimentaire

Si la période de convalescence n’est évidemment pas le moment indiqué pour un régime, la prise de poids peut aussi être néfaste à la guérison.

Expliquez la nécessité d'une bonne nutrition – à ne pas confondre avec une nutrition excessive – et prévoyez d’inclure des recommandations nutritionnelles spécifiques dans vos instructions écrites.

Ainsi, par exemple, les chats souffrant d'obstruction urinaire recevront un régime spécifique pour éviter le développement de nouveaux cristaux risquant de provoquer une nouvelle obstruction. D'autres patients souffrant de problèmes systémiques (hépatiques, cardiaques, …) peuvent recevoir des aliments spécialement formulés. Un patient chirurgical est toujours susceptible de prendre du poids en raison de la baisse de son activité. Dans certains cas, il est opportun de rappeler au propriétaire que l’attention qu’il porte à son animal convalescent ne doit pas se traduire par la distribution de friandises …

Conclusion

Utilisez des mots simples dans votre communication avec le propriétaire. Expliquez-lui clairement le but, la posologie et les effets secondaires potentiels des médicaments à administrer pendant la période de convalescence. Montrez-lui la plaie pour l’aider à mieux comprendre le processus de guérison et à détecter les situations anormales pour lesquelles il doit vous appeler. Parlez de l'importance de la qualité des bandages, des restrictions d'exercice et du régime alimentaire, le tout clairement détaillé dans des instructions écrites.

Des directives écrites et des soins postopératoires adéquats à domicile sont essentiels au succès de la guérison. Et si vous ne l’avez pas encore fait, passez à l’action en créant un modèle standard d’instructions postopératoires personnalisables en fonction des besoins de chaque patient. Prévoyez une procédure de décharge standard où un temps suffisant est alloué à la discussion avec le propriétaire, dans un endroit calme et si possible, en l’absence de l’animal. Ce faisant, le client pourra mieux se concentrer sur votre message.


Texte traduit de l’anglais et librement adapté de l’article original « Top 5 Tips for Postoperative At-Home Care » de Teresa Ann Raffel-Kleist, CVT, VTS (Surgery), Madison Area Technical College, Madison, Wisconsin, publié en ligne en février 2018 sur www.veterinaryteambrief.com

Petit guide des soins postopératoires à domicile : que dire au propriétaire pour qu’il puisse les prodiguer correctement à son animal convalescent ?