Lutter contre le réchauffement climatique grâce à l'élevage

Publié 28 Novembre 2022

Un groupe de chercheurs a identifié des stratégies pour réduire la production de méthane dans les élevages de ruminants.

Depuis quelques années, on prend de plus en plus conscience que la planète et les sociétés sont très vulnérables au changement climatique, et les secteurs alimentaire et agricole ne font pas exception.

Le développement d'une agriculture et d'un élevage plus productifs et durables ne peut se faire sans une action directe sur le changement climatique. Dans le même temps, le changement climatique ne peut être abordé si les ressources naturelles et les systèmes agricoles mondiaux ne sont pas gérés de manière durable.

À ce sujet, il existe des stratégies qui pourraient atténuer suffisamment les émissions de méthane provenant de l'élevage pour aider le secteur à limiter sa part dans le réchauffement climatique.

Dans une méta-analyse dirigée par Claudia Arndt de l'International Livestock Research Institute au Kenya, avec une vingtaine d'experts d'instituts de premier plan du monde entier, des centaines d'études sur des stratégies basées sur des produits conçus pour réduire les émissions de méthane entérique ont été examinées. 

Dans une méta-analyse dirigée par Claudia Arndt de l'International Livestock Research Institute au Kenya, avec une vingtaine d'experts d'instituts de premier plan du monde entier, ils ont examiné des centaines d'études sur des stratégies pour réduire les émissions de méthane entérique chez les ruminants. Les auteurs ont constaté que la production animale pourrait aider à atteindre les objectifs en matière de changement climatique d'ici 2030, à condition que les stratégies les plus efficaces soient pleinement adoptées.

Cependant, les scientifiques préviennent que pour rester sur la bonne voie d'ici 2050, des stratégies supplémentaires seront nécessaires en raison de la demande future plus élevée de produits d'élevage. Par conséquent, « les stratégies actuelles peuvent atteindre des objectifs à court terme, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour développer des stratégies suffisantes pour atteindre des objectifs à plus long terme ».

STRATÉGIES DE RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE MÉTHANE

Les chercheurs ont expliqué dans leur étude comment les microbes du tube digestif des ruminants se décomposent et font fermenter les aliments, un processus appelé fermentation entérique, qui produit du méthane en tant que sous-produit. Selon eux, les plus de 3 milliards de ruminants dans le monde rejettent du méthane, contribuant à 30 % des émissions anthropiques mondiales de méthane.

D'autre part, les ruminants fournissent environ la moitié des protéines animales produites par les animaux de rente. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (où vit 84 % de la population mondiale), la consommation d'aliments d'origine animale est souvent inférieure aux niveaux nutritionnels recommandés. Dans ces pays, « les bovins ruminants jouent un rôle essentiel dans la sécurité alimentaire et fournissent de nombreux autres avantages, tels qu'un moyen de travail et du fumier pour le combustible et les engrais ». En revanche, dans les pays à revenu élevé, la consommation de protéines animales est souvent supérieure aux niveaux recommandés, expliquent-ils.

En raison des multiples utilisations des ruminants et de leur contribution aux objectifs de développement durable, les auteurs se sont concentrés sur des stratégies qui réduisent la production de méthane entérique sans réduire la productivité animale.

Sur cette question, ils ont identifié trois stratégies qui pourraient réduire les émissions de méthane par unité de viande ou de lait de 12 % en moyenne tout en augmentant la productivité animale. Les stratégies consistaient à augmenter le niveau de consommation d'aliments, à faire paître les ruminants sur des pâturages moins matures et à donner des niveaux croissants d'aliments concentrés. De plus, ils ont identifié cinq stratégies qui pourraient réduire non seulement les émissions liées aux produits de 17 % en moyenne, mais également les émissions absolues de méthane de 21 % en moyenne, tout en maintenant la productivité animale. Les stratégies comprennent la supplémentation des animaux avec des inhibiteurs de méthane, des huiles et des graisses, des graines oléagineuses ou du nitrate, ainsi que des fourrages contenant des tanins.

DÉFI DU DÉVELOPPEMENT DE L'ÉLEVAGE EN AFRIQUE

En outre, les auteurs ont également discuté de la manière dont la mise en œuvre des stratégies identifiées pourrait contribuer à réduire les émissions de méthane provenant du bétail à l'échelle mondiale, en Europe et en Afrique.

Ils ont constaté que l'adoption complète des stratégies les plus efficaces pourrait aider à atteindre l'objectif mondial de 2030, mais pas l'objectif de 2050. En Europe, ils ont trouvé plusieurs scénarios qui ne nécessitaient pas l'adoption complète des stratégies pour atteindre les objectifs de 2030, et que l'adoption complète des stratégies les plus efficaces pourraient atteindre l'objectif de 2050. En Afrique, en revanche, alors que des réductions substantielles pourraient être réalisées, les stratégies identifiées ne seraient pas suffisantes pour atteindre pleinement l'objectif de 2030 ou 2050. Ceci est dû à l’augmentation de la population humaine et de la demande par habitant en produits d’origine animale, qui devraient entraîner une augmentation substantielle de la production animale et des émissions de gaz à effet de serre. Même ainsi, selon ce qu'ils indiquent, leur augmentation projetée sera inférieure à la demande européenne par habitant.

« Le document montre qu'il existe des stratégies efficaces pour réduire les émissions de méthane entérique qui peuvent aider à atteindre l'objectif mondial de 1,5 ° C d'ici 2030 mais pas d'ici 2050. Étant donné que l'adoption complète des stratégies les plus efficaces d'ici 2030 est peu probable et que l'objectif ne peut être atteint d'ici 2050 avec les stratégies identifiées, d'autres moyens sont nécessaires pour réduire les émissions de méthane », a expliqué Arndt.