L’ISFM édite un guide de directives pour le traitement de la douleur aiguë chez les chats.

Publié 11 Mai 2022

La Société Internationale de Médecine Féline (ISFM – International Society of Feline Medicine), déclare qu'il existe toujours un besoin de mieux comprendre le comportement lié à la douleur chez les chats.

La population féline a considérablement augmenté ces dernières années, avec par exemple une estimation actuelle d'environ 70 millions de chats domestiques aux États-Unis et au Canada. Pour cette raison, l’ISFM a publié un guide sur la façon de traiter la douleur chez les chats afin qu'elle n'ait pas d'impact négatif sur le bien-être du félin. 

Au fil des ans, la compréhension de la gestion de la douleur chez les chats a progressé. Désormais, les spécialistes travaillent également avec trois échelles de validation pour évaluer la douleur féline aiguë, en prenant les expressions faciales et le comportement du chat comme point de référence.

Ces trois échelles offrent des conseils cliniques sur le besoin d'analgésie. Cependant, lors des procédures, ces médicaments peuvent être administrés même lorsque la limite n'est pas atteinte si le vétérinaire le juge approprié.

Ainsi, l'incorporation de l'évaluation de la douleur a amélioré la capacité de reconnaissance et d’évaluation de la douleur en milieu clinique. Cela a également conduit à des recherches et des études cliniques plus approfondies et a fourni des mesures de résultats plus objectives pour l'approbation de médicaments spécifiques aux félins.

Ce guide, créé par un panel d'experts et l’ISFM, vise à aider à l'évaluation, à la prévention et à la gestion de la douleur aiguë chez les patients félins et à fournir des informations pratiques pour la sélection et la posologie des analgésiques.

Parmi les aspects les plus remarquables, il reprend en premier lieu l'évaluation et la propre reconnaissance de la douleur chez les chats. De plus, il ajoute une étude sur les comportements liés à la douleur chez les félins, ainsi que sur les facteurs et les limites qui affectent l'évaluation de cette douleur.

Les experts incluent également un point lié aux principes de gestion de la douleur dans lequel l'analgésie préventive et l'analgésie multimodale sont traitées, intégrant des options pharmacologiques et non pharmacologiques. Ils mentionnent également l'utilisation de techniques de gestion adaptées aux chats, l'anxiolyse et les soins infirmiers comme des options fondamentales pour une gestion adéquate de la douleur. Ils rappellent que le choix des antalgiques doit tenir compte du type, de l'intensité et de la durée de la douleur, de la présence de comorbidités et des éventuels effets indésirables.

En plus des anesthésiques locaux, il aborde également l'utilisation des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et des opioïdes, et indique que les analgésiques d'appoint doivent être envisagés en fonction du félin et de ses besoins.

DÉFIS ET LACUNES DE CONNAISSANCES

L'ISFM reconnaît qu'il existe encore un besoin pour une meilleure compréhension du comportement lié à la douleur chez les félins, ainsi que des techniques de gestion à long terme de la douleur aiguë afin que les chats puissent être libérés, renvoyés dans l'environnement familial et que les propriétaires eux-mêmes se chargent de l'administration des médicaments.

Les experts soutiennent qu'il est important d'étudier les techniques anesthésiques non opioïdes et le rôle des gabapentinoïdes. De plus, ils pointent un manque de connaissances sur les besoins antalgiques pédiatriques, c'est pourquoi ils proposent davantage d'études dans cette tranche d'âge.

"Une lacune importante dans le programme vétérinaire concernant l'analgésie féline reste à combler et il doit y avoir un effort concerté pour mettre en œuvre l'utilisation d'outils d'évaluation de la douleur dans la pratique féline", déclare l'ISFM. 

Vous pouvez accéder au guide complet sur ce lien.