Les adolescents ne savent pas qu'il existe des agents pathogènes transmissibles entre les animaux et les humains.

Publié 05 Novembre 2021

Une étude révèle la grande méconnaissance des adolescents des zoonoses et du concept « One Health ».

Plus de 60 % des 1 700 maladies infectieuses connues qui peuvent être transmises à l'homme proviennent des animaux. Les épidémies zoonotiques répétées et fréquentes, telles que la récente pandémie de COVID-19, sont dues à l'impact humain dans la nature. En particulier, la création d'immenses fermes intensives pour animaux de compagnie, l'abus d'antibiotiques, la destruction de forêts ou le commerce illégal d'animaux, sont des facteurs qui favorisent l'apparition et la transmission de maladies de l'animal à l'homme. 

Une étude scientifique menée dans différentes écoles en Italie, Autriche, Allemagne, Slovénie, sur l’île Maurice et Japon, analyse la perception des jeunes sur la transmission des maladies des animaux aux humains. Ainsi, on a étudié le niveau de connaissance et de perception des adolescents sur le risque zoonotique potentiellement dérivé des animaux de compagnie et de la faune sauvage commercialisés illégalement, et le concept « One Health ».

Au total, 656 étudiants des six pays ont participé à l'étude. La plupart des adolescents impliqués dans le projet de recherche avaient entre 11 et 13 ans. Les étudiants ont répondu à un questionnaire anonyme, puis une leçon théorique et pratique a été donnée, qui a apporté les réponses aux questions soulevées dans l'enquête. Après quatre semaines, au cours desquelles les étudiants ont abordé le thème des zoonoses et l'approche One Health, un deuxième cours théorique et pratique a eu lieu. Après la session, le même questionnaire a été répondu de manière anonyme pour la deuxième fois.

Le résultat des réponses au premier questionnaire a montré que la proportion d'étudiants qui ne savaient pas que les animaux peuvent transmettre de nombreuses maladies à l'homme et vice versa était de 28,96 %. La proportion de participants qui ne savaient pas ce qu'était une zoonose était de 32,16 %. L'ignorance du concept One Health était de 31,40 % chez les adolescents, et 23,02 % des participants considéraient que la rage n'est pas une maladie dangereuse.

Après les deux sessions d'enseignement théorique et pratique de la première enquête, le même questionnaire a été complété à nouveau à la fin du processus de communication des connaissances. Le résultat a été que la proportion de réponses correctes a augmenté de 21,92 %. L'exactitude des réponses aux questions variait selon le sexe et le pays. Cependant, en général, plus d'un tiers des jeunes qui ont participé à cette étude ont montré une grande méconnaissance des risques zoonotiques, et un manque de compréhension du concept One Health. 

« C'est un problème de santé publique qu'il faut régler. Cela signifie que plus d'un tiers des étudiants qui ont participé à l'étude ne sont pas conscients du risque zoonotique qu'ils courent lorsqu'ils entrent en contact avec des animaux issus du commerce illégal d’animaux de compagnie. Par conséquent, je recommande que l'éducation sur les zoonoses et le concept de santé unique soit fermement ancrés dans les programmes de cours à travers des unités didactiques théoriques et pratiques », recommande l'un des auteurs de l'étude, Paolo Zucca, de la Direction centrale de la santé, des politiques sociales et du handicap en Italie. 

« En Allemagne, pour la partie pratique de l'éducation aux zoonoses dans les écoles, nous avons utilisé le chien de recherche, qui montre aux étudiants comment les chiens peuvent traquer les animaux illégalement cachés dans les bagages », rapporte la scientifique allemande Susanne Holtz.

« Nos recherches internationales soulignent l'importance du partage des connaissances sur le sujet des zoonoses et du concept One Health auprès des jeunes générations. La pandémie de COVID-19 nous montre à tous que la transmission de maladies du monde animal n'est pas qu'une théorie, mais un réel danger », souligne Steven Seet, co-auteur de l'étude.