Le rythme de sommeil du cheval pourrait-il être un avertissement précoce de sa mauvaise santé ?

Publié 28 Octobre 2020

Des scientifiques surveillent le sommeil nocturne des chevaux dans le cadre d'une étude qui vise à voir si les habitudes de repos des équidés pourraient fournir des avertissements précoces d'une mauvaise santé.

Des chercheurs de l'Université de Nottingham (Royaume-Uni) veulent voir s'ils peuvent identifier des modèles de repos spécifiques pour les chevaux de manière individuelle, ainsi que des facteurs qui pourraient influencer le repos, tels que l'exercice, la température, l'âge et la personnalité. 

Les chercheurs espèrent que s'ils peuvent trouver ce qu’est un modèle de repos « normal » pour un cheval en particulier, tout écart par rapport à ce modèle puisse alerter les propriétaires du fait que quelque chose ne va pas.

Les chevaux ont deux phases de sommeil : le sommeil lent (SWS) et le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM), et s'il est connu que les chevaux peuvent dormir debout, cela n'est vrai que pour la phase SWS.

Pour atteindre le sommeil paradoxal et leur cycle de sommeil complet - ce qui est important pour le bien-être physique et mental - les chevaux doivent s'allonger.

Les faits suggèrent que les chevaux peuvent souffrir de privation de sommeil s'ils ne peuvent pas se coucher pour atteindre le sommeil paradoxal. Cela peut être dû à une blessure ou à une maladie douloureuse, ou au stress s'ils ne se sentent pas en sécurité dans leur environnement.

Étant donné que les chevaux dorment souvent la nuit et que la plupart des propriétaires ne peuvent pas contrôler leurs habitudes de repos, ce manque de sommeil peut passer inaperçu jusqu'à ce que les symptômes deviennent extrêmes. 

L'étude universitaire consiste à analyser des vidéos du comportement nocturne de chevaux en bonne santé dans une école d'équitation pendant plusieurs nuits et à enregistrer d'autres détails spécifiques à chaque cheval.

Une autre partie du projet consiste à utiliser des accéléromètres qui enregistrent automatiquement les mouvements et surveillent à distance le comportement nocturne des chevaux.

« Nous espérons que pendant plusieurs nuits, nous serons en mesure d'identifier des modèles de repos uniques pour les chevaux individuels et ce qui pourrait influencer ce modèle », explique Kym Griffin, chercheur au Collège des sciences animales, rurales et environnementales de l'Université de Nottingham.

Il ajoute également que « les chevaux n'ont pas besoin d'autant de sommeil que les humains, généralement seulement trois à cinq heures par nuit, avec environ 30 minutes de sommeil paradoxal. Mais ce sommeil paradoxal est très important pour leur bien-être physique et mental et il est donc important de s’assurer qu’ils l’atteignent tous les soirs. S'ils ne dorment pas suffisamment, il pourrait y avoir une raison à cela et cela pourrait être un signe précoce que quelque chose ne va pas ».

« Le défi est que, comme chez les humains, il y a beaucoup de variations dans le temps dont un individu a besoin pour se reposer chaque nuit. Les modèles de repos peuvent être influencés par une variété de facteurs, nous devons donc les étudier afin de mieux comprendre les habitudes de sommeil normales de chaque animal », conclut-il.