La World Veterinary Association (WVA) prend position sur la leishmaniose

Publié 28 Décembre 2020

Le Conseil de la WVA a récemment approuvé un projet au sujet de sa position sur la leishmaniose, ouvert à la consultation jusqu'à fin décembre dans le but de recueillir tous les avis.

La leishmaniose est une maladie tropicale présente dans environ 98 pays sur les 5 continents. Elle est causée par les parasites Leishmania, des protozoaires qui sont le plus souvent transmis par la piqûre de phlébotomes infectés. La maladie se présente sous diverses formes allant de la leishmaniose cutanée, qui cause des plaies cutanées, à la leishmaniose viscérale, qui affecte les organes internes et est généralement mortelle si elle n'est pas traitée. Environ 12 millions de personnes sont à un moment donné infectées, avec environ 700 000 à 1 million de nouveaux cas chaque année ; les rongeurs et les canidés sont les hôtes les plus courants. Dans les pays endémiques, les chiens sont considérés comme le principal réservoir de Leishmania infantumtransmis par le phlébotome, principal agent de la leishmaniose canine.

Le diagnostic de leishmaniose canine peut être difficile, car jusqu'à la moitié des chiens infectés sont asymptomatiques. Malheureusement, le traitement n'améliore que temporairement les signes cliniques et souvent, n'élimine pas les parasites. Les chiens traités peuvent rester porteurs de l'infection et peuvent rechuter. La vaccination, associée à l'utilisation d'insecticides topiques, est le moyen le plus efficace de prévenir et de contrôler la leishmaniose. Des vaccins commerciaux contre la leishmaniose canine sont disponibles en Europe, et d'autres vaccins sont en cours de développement. Les insecticides topiques répulsifs spécifiques, tels que les colliers, réduisent efficacement les piqûres de phlébotomes et la transmission de maladies. Pour éviter la réinfection et réduire le risque de propagation zoonotique, des insecticides topiques doivent être appliqués régulièrement et les chiens infectés doivent être surveillés en permanence par des vétérinaires. 

Rien ne prouve que l’euthanasie de chiens séropositifs réduise l'incidence de la leishmaniose chez l'homme, et les programmes qui ont utilisé cette méthode pour contrôler la maladie ont échoué. En revanche, les programmes de prévention par la vaccination des chiens ont conduit à une réduction de l'incidence de la leishmaniose chez les chiens et les humains. Par conséquent, la vaccination contre la leishmanie associée aux insecticides topiques est sans aucun doute la forme la plus efficace de prévention et de contrôle de la leishmaniose, indique la WVA. 

Position de la WVA

La WVA soutient que les vétérinaires et les paraprofessionnels vétérinaires ont un rôle clé dans l'atténuation et l'élimination des risques de leishmaniose pour la santé publique. Les vétérinaires, en particulier ceux des régions d'endémie, devraient plaider en faveur de l'utilisation de vaccins animaux pour contrôler et prévenir la leishmaniose et informer les clients sur l'importance d'une application régulière d'insecticides topiques pour prévenir la transmission vectorielle. Tout le personnel de santé publique devrait plaider pour la mise en œuvre de programmes de prévention de la leishmaniose axés sur l'interruption de la transmission de la maladie et la prévention de l'infection chez les hôtes réservoirs.