La thérapie canine pour les enfants atteints de paralysie cérébrale présente des avantages.

Publié 14 Octobre 2021

Au cours des séances, des changements de comportement ont été observés chez les enfants en ce qui concerne l'attention, l'intérêt, la connexion avec l'environnement et la communication.

Les chiens peuvent devenir des partenaires incroyables du thérapeute dans la neuroréhabilitation de la paralysie cérébrale. Les effets positifs de la compagnie des animaux sur les êtres humains sont prouvés. Et l'aide des chiens dans la vie des gens a toujours été appréciée. 

Adriana Galfré, diplômée en kinésiologie et physiothérapie et experte en neuropsychologie, avec plus de 30 ans d'expérience dans les troubles neuromoteurs, a montré que la communication homme-animal est un instrument précieux dans le traitement des enfants atteints de paralysie cérébrale.

La stimulation de sa chienne dogue allemand Neni dans les thérapies qu’elle mène s'est avérée être une contribution significative dans les cas de quatre enfants souffrant de graves problèmes moteurs.

C'est d’ailleurs le sujet de sa thèse de doctorat, dans laquelle elle démontre l'importance de travailler avec des animaux pour la stimulation psychocognitive chez les enfants atteints de paralysie cérébrale.

De son propre chef, la chienne est devenue une « co-thérapeute » efficace. « Elle s'est rapidement intégrée et a établi des liens affectifs avec les patients, qu’elle a surpris plus d'une fois par son naturel animal, elle les a entre autres embrassés, et, surtout, elle a capté leur attention. Elle a mangé pour eux, s’est laissé caresser sur tout le corps et s’est livrée. Bien qu'incapables de parler, elle et les enfants ont exprimé leurs émotions », explique-t-elle. 

Le travail de consultation a permis de démontrer que l'inclusion d'un animal dans la séance de kinésithérapie d'enfants présentant des troubles moteurs, sensori-perceptifs et communicationnels sévères pouvait les favoriser dans le développement de dispositifs d'apprentissage de base.

Les enfants ont amélioré leur gamme de motivation tout au long de l'intervention. Et cela a eu un impact favorable sur cet aspect de l'apprentissage.

L'animal a enrichi la communication entre les enfants et la thérapeute. Des expressions gestuelles et orales liées à la chienne ont émergé. Dans tous les cas, la présence de l'animal a effectivement influencé la fixation visuelle. Les patients ont amélioré leur capacité à suivre avec la vue. L’inclusion de la chienne a stimulé les fonctions oculomotrices en général.

« Des changements de comportement liés à une plus grande attention, une capture et une surveillance visuelle ont été observés, une ouverture des canaux sensori-perceptifs qui, dans leur ensemble, ont favorisé une plus grande connexion avec l'environnement et qui ont un canal de sortie : la communication sous toutes ses formes connues », souligne la chercheuse.

L'interaction avec la chienne dans le développement de la séance kinésique a influencé favorablement la motivation vers l'activité proposée. 

Un axe d'analyse important était l'estimation du temps de fixation et du suivi visuel, pris comme indicateurs de la capture d'un stimulus, de l'attention.

Et les tentatives de contrôle céphalique (élévation et appui actif de la tête) en présence du stimulus ont été analysées, en les rapportant à l'intention d'y prêter attention et de le regarder.

Galfré souligne qu’ « il est important de continuer à investiguer et à chercher des canaux pour pouvoir gérer ce type de problème. Les cas de paralysie cérébrale n'ont pas diminué. La situation a changé. Maintenant, nous avons des enfants atteints de paralysie cérébrale sévère qui n'avaient pas été vus auparavant, car rapidement décédés ; maintenant, la technologie leur donne vie. Ce sont des enfants de très faible poids à la naissance, qui naissent avec des problèmes mais qui vivent maintenant, bien qu'avec de nombreux déficits ».

« L'objectif doit toujours être que l'enfant soit heureux. Qu'il soit heureux dans ce qu'il a dans sa vie. Alors qu’il devra suivre un traitement parce que sa condition physique est compliquée et que parfois de nombreuses thérapies seront nécessaires et longues, il est important qu’il veuille le faire. Il ne faut pas perdre de vue que l’enfant doit être rendu heureux. Il est important qu’il veuille suivre une thérapie », ajoute-t-elle.

Enfin, elle estime que la présence d'un animal, comme un chien dans le cas présent, a contribué à ce bonheur. « L'un des quatre enfants a commencé à manifester un peu d'oralité. Et les familles et les autres thérapeutes ont confirmé l'existence de changements positifs ».

Cependant, elle prévient que « toutes les thérapies ne devraient pas inclure un chien. Cela peut être une alternative, lorsqu'il y a un objectif clair, car sinon, il ne s’agit pas de thérapie assistée. Avoir un animal de compagnie, c'est bien, mais ce n'est pas la même chose que la thérapie assistée par les animaux. Le thérapeute propose des objectifs précis et y travaille ».