La similitude entre les tumeurs humaines et canines, une nouvelle voie pour améliorer les thérapies.

Publié 24 Février 2022

Des recherches récentes de l'Université Cornell ont comparé les profils d'expression génique d'une tumeur canine non mortelle et d'une tumeur humaine plus maligne, jetant les bases d'une éventuelle médecine translationnelle à l'avenir.

L'améloblastome acanthomateux canin (CAA) est une tumeur courante mais non mortelle et ressemble fortement à une autre tumeur buccale humaine rare connue sous le nom d'améloblastome (AM). En tant que dentiste vétérinaire et chirurgien buccal, le professeur agrégé Santiago Peralta du Cornell University College of Veterinary Medicine traite de nombreux cas de CAA dans sa clinique. Dans une étude récente publiée dans Scientific Reports, Peralta, avec l'Université Cornell et des partenaires internationaux, a comparé les profils d'expression génique de cette tumeur canine et de son parallèle humain, jetant les bases d'une médecine translationnelle potentielle à l'avenir. 

"Cette recherche était un bon exemple d'un cycle complet de recherche translationnelle utilisant une approche multidisciplinaire", explique Peralta. "Nous avons pris quelque chose que nous traitions en milieu clinique, l'avons étudié en laboratoire et espérons maintenant l'utiliser pour aider les patients vétérinaires et potentiellement les humains." 

Les scientifiques et les médecins avaient depuis longtemps noté la ressemblance entre CAA et AM, mais aucune similitude moléculaire n'avait été confirmée. Une étude antérieure sur les tumeurs AM a révélé les mutations sous-jacentes, ce qui a piqué l'intérêt des chercheurs.

Ainsi, ils ont découvert que les tumeurs canines et humaines étaient très similaires au niveau moléculaire, renforçant l'idée que les chiens représentent un modèle naturel potentiellement utile de la tumeur humaine. Une étude antérieure publiée dans Veterinary and Comparative Oncology a révélé que l’AM et le CAA partageaient des mutations dans une voie de signalisation connue sous le nom de voie RAS-RAF-MAPK.

Dans leur dernière étude, les scientifiques ont analysé un vaste ensemble de données génomiques généré par le Cornell Transcriptional Regulation and Expression Facility (TREx) pour mieux comprendre les conséquences biologiques de ces mutations. Ce faisant, ils ont comparé les tumeurs CAA à une autre tumeur canine commune (carcinome épidermoïde oral) et à un tissu gingival sain. Ces échantillons ont été stockés et mis à disposition via la Cornell Veterinary Biobank, et Jen Grenier et son équipe du TREx ont profilé l'expression des gènes avec le séquençage de l'ARN.

L'équipe a également utilisé des données génomiques de tissus humains à des fins de comparaison, grâce à la collaboration avec un expert en cancer buccal humain de l'Université de Turku en Finlande. En analysant ces différents tissus, Peralta et son équipe ont pu voir que les mutations qu'ils avaient identifiées dans leur étude précédente étaient en grande partie responsables des tumeurs qu'ils voyaient. Ils ont également découvert que le CAA et l'AM sont très similaires au niveau moléculaire, renforçant l'idée que les chiens représentent un modèle naturel potentiellement utile de la tumeur humaine. "Toutes les molécules et les voies métaboliques altérées dans les tissus tumoraux du CAA étaient cohérentes avec les mutations que nous avions trouvées et remarquablement similaires à celles observées dans l'AM", explique le médecin.

Après avoir relié les points entre les mutations sous-jacentes et les voies moléculaires qui entraînent la formation de tumeurs, Peralta et le reste de l'équipe ont travaillé pour établir des modèles in vitro et in vivo de différentes tumeurs buccales canines qui peuvent être utilisées pour tester des médicaments potentiels. Tout médicament pouvant être efficace dans le traitement des tumeurs buccales chez le chien pourrait également être un candidat prometteur pour les patients humains atteints de maladies analogues.

"Si les chiens représentent vraiment un modèle clinique utile de la maladie, ils représentent également une énorme opportunité", déclare Peralta. Étant donné que les tumeurs CAA sont beaucoup plus fréquentes chez les chiens que chez les humains, les scientifiques peuvent rapidement inscrire beaucoup plus de chiens dans des essais cliniques et obtenir davantage de données traduisibles à partir de ces essais. De plus, les chiens, qui vivent dans le même type d'environnement que les humains, sont des modèles de maladie plus précis que d'autres modèles animaux. « Mon objectif en tant que vétérinaire est d'apporter des solutions à la clinique. Nous ne l'avons pas encore atteint, mais nous avons fait un grand pas pour le faire », conclut-il.