La brucellose canine, une maladie émergente en Europe.

Publié 10 Octobre 2021

La brucellose canine est considérée comme une maladie émergente, avec une présence particulière dans certains pays de l'Union européenne

La brucellose canine est une infection causée par un coccobacille à Gram négatif appelé Brucella canis, et bien que les cas humains se produisent rarement, il s'agit d'un risque zoonotique potentiel. 

Les principales sources d'infection sont les sécrétions vaginales des chiens infectés, l'urine, le sang ou la salive. Les voies d'entrée sont vénériennes, nasales, ainsi que par la muqueuse conjonctivale. Les symptômes les plus significatifs sont les avortements tardifs chez les chiennes, l'épididymite chez les mâles et l'infertilité chez les deux sexes. Il produit également une lymphadénite généralisée et une uvéite.

De plus, c'est l'un des nombreux agents pathogènes responsables de la discospondylite chez le chien, et les infections nécessitent un traitement spécifique.

Situation actuelle en Europe

Bien qu'on en sache peu sur la situation épidémiologique en Europe, la brucellose canine est considérée comme une maladie émergente. Dans une étude sur la prévalence de la maladie chez des chiens de différentes régions d'Europe, comme l'Italie, l'Espagne, la France ou le Danemark, des anticorps de Brucella canis ont été identifiés dans 5,4% des échantillons envoyés (150/2764).

En revanche, 3,7% (61/1 657) des échantillons obtenus pour la détection des bactéries par PCR étaient positifs. 11,1% des échantillons positifs analysés provenaient d'Espagne.

Paula Boyden, directrice vétérinaire de l'association caritative Dogs Trust, souligne l'augmentation de l'importation d'animaux de différents pays comme l'une des causes de l'augmentation de l'incidence de cette maladie.

Elle explique que les chiens importés de Roumanie ont été signalés comme une préoccupation particulière. Cependant, « Brucella canis est présente dans d'autres États membres de l'UE, donc le statut Brucella canisdes chiens importés de pays autres que la Roumanie doit être pris en compte. »

De même, Anna Estarán, avocate spécialiste en droit animalier de la Fondation pour le conseil et l'action en faveur de la défense des animaux, commente que « beaucoup des animaux vendus sur Internet ou dans les magasins proviennent de ce qu'on appelle les « usines à chiots », authentiques « usines » de chiots qui opèrent depuis la République tchèque, la Roumanie, la Hongrie et la Slovaquie. » 

Face à l'importation d'animaux potentiellement infectés, la vétérinaire souligne la nécessité de réaliser des tests de détection sur les spécimens qui vont quitter leurs frontières car, à l'heure actuelle, ce type de dépistage n'est pas jugé nécessaire. Cependant, compte tenu du potentiel zoonotique de la maladie et du fait qu'un chien est considéré comme infecté à vie, cela soulève la question de savoir si « les organisations qui importent des chiens en provenance de pays où Brucella canis est endémique doivent être encouragées à faire un dépistage pré-importation. »

Indications au professionnel vétérinaire

De plus, concernant le flux d'animaux potentiellement infectés, Boyden pense que les vétérinaires jouent un rôle clé en matière d'information. « Le risque d'infection à Brucella canis chez les chiens importés de pays endémiques, en particulier ceux qui présentent un risque accru d'infection, doit être expliqué aux propriétaires potentiels. »

De plus, elle indique que le vétérinaire doit tenir compte d'autres considérations. « Si un chien importé et présente des signes cliniques suggérant une éventuelle infection à Brucella canis, le personnel traitant le cas doit porter un équipement de protection individuelle approprié, envisager de prélever des échantillons et de les envoyer aux laboratoires pour analyse. »

En résumé, elle conclut que « pour la profession, il est important que cela reste sur le radar, la première étape de la pratique clinique étant de s'interroger sur l'origine des chiens nouvellement acquis et d'envisager la détection le cas échéant, par exemple lorsqu'il est importé d'un pays où Brucella canis est endémique ».