L’acceptation de l'obésité féline comme facteur de risque

Publié 19 Octobre 2020

Une étude menée en Australie révèle la relation étroite entre l'obésité féline et la façon dont les propriétaires perçoivent la maladie.

Le surpoids et l'obésité sont des facteurs de risque de développer diverses maladies. De la même manière, ils produisent une diminution significative de la qualité et de l'espérance de vie du félin. Cette nouvelle étude, réalisée par la Faculté vétérinaire de l'Université de Sydney (Australie), a pour objectif de trouver la relation entre l'attitude des propriétaires et la présence de la maladie.

Pour mener à bien la recherche, une enquête a été menée, qui comprenait des questions liées aux attitudes des propriétaires envers leurs animaux de compagnie, à la perception de l'état corporel du chat et du poids réel, ainsi qu'à la connaissance des effets indésirables de l'obésité.

Au total, 1 390 questionnaires valides ont été collectés, à partir desquels diverses données ont été extraites. Par exemple, en ce qui concerne la perception de l'obésité, plus de la moitié des personnes interrogées ne reconnaissait pas la maladie, tandis qu'un petit pourcentage reconnaissait l'obésité chez leurs chats.

L'étude a conclu que les chats dont les propriétaires avaient une attitude d'approbation envers l'obésité étaient beaucoup plus susceptibles d'être en surpoids que les chats dont les propriétaires désapprouvaient cette condition corporelle.

L'implication entre la mendicité de la nourriture et l'apparition de l'obésité a également été révélée pour la première fois. « Ce comportement de mendicité alimentaire des félins est suffisamment convaincant pour que les propriétaires soient considérés comme un élément à prendre en compte », commentent les chercheurs.

D'autres facteurs de risque impliqués dans l'apparition de ce trouble de l'alimentation étaient l'âge moyen des chats, le fait d’être de race mixte, de passer beaucoup de temps à l'intérieur ou encore de recevoir de la nourriture sèche sans quantification.

Compte tenu de ces résultats, compte tenu de la relation étroite entre l'approbation de l'obésité par le propriétaire et l'apparition de la maladie chez le chat, la nécessité de considérer la mentalité du propriétaire comme un facteur de risque supplémentaire devient pertinente.