Intérêt des métabolites fécaux comme biomarqueurs de la santé porcine

Publié 20 Décembre 2022

La découverte de biomarqueurs « non invasifs » aide les chercheurs à déterminer l'état de santé des animaux, mais réduit également leur stress, en particulier lors de la collecte d'échantillons biologiques. 

L'hygiène influence la composition du microbiome chez les porcs. « L'effet de l'hygiène sur l'état de santé confirme que l'hygiène détermine les métabolites fécaux chez les porcs en croissance. Certains de ces métabolites peuvent potentiellement être utilisés comme biomarqueurs « non invasifs »pour évaluer le statut immunitaire des animaux », indique une étude récente. 

Les conditions de gestion des porcs, y compris l'hygiène, affectent leur productivité, leur santé et leur bien-être. Une mauvaise hygiène active le système immunitaire et inhibe la croissance. De plus, les porcs en mauvaises conditions d'hygiène ont des besoins nutritionnels et énergétiques différents de ceux qui bénéficient d’une bonne hygiène. 

Des études antérieures ont montré que l'hygiène influence la composition du microbiome dans le gros intestin. Cela semble avoir des conséquences sur le métabolome du côlon et le métabolome sanguin des porcs de 13 semaines.

Les données métaboliques sont très utiles pour étudier les liens entre la santé, l'état métabolique et les paramètres de croissance. Ces données peuvent aider à identifier des biomarqueurs pour la santé (intestinale). « Les biomarqueurs fécaux pourraient aider à surveiller les effets de l'hygiène et de l'état de santé connexe chez les porcs et ainsi soutenir la mise en œuvre d'interventions pour prévenir les effets négatifs sur les performances de production », expliquent les auteurs. « Dans cette étude, nous avons donc cartographié les profils de métabolites fécaux chez les porcs élevés dans des conditions d'hygiène élevées ou mauvaises. Nous avons également distingué les différents schémas de vaccination. » Les porcs de cette étude étaient âgés de 14 à 22 semaines.

Les métabolites fécaux des porcs élevés avec une mauvaise et une bonne hygiène ont montré des différences dans la dégradation de l'amidon des aliments, le métabolisme du microbiome intestinal et la dégradation des composants de l'animal (hôte). Les métabolites qui présentaient des différences significatives provenaient de processus liés au métabolisme du système immunitaire ou au maintien de la fonction digestive, notamment le métabolisme des purines, le métabolisme énergétique, la dégradation et le recyclage de la bile. « Les résultats montrent que les profils de métabolites fécaux sont le reflet de l'hygiène dans laquelle les porcs sont élevés. » 

En général, les profils de métabolites fécaux permettent de mieux comprendre l'état de santé subclinique et la physiologie des porcs à différents niveaux d'hygiène. « Les profils de métabolites fécaux correspondaient étroitement aux profils de métabolites trouvés dans le gros intestin des porcs. Par exemple, le valérate fécal et l'acide kynurénoïque pourraient potentiellement être utilisés comme biomarqueurs « non invasifs » d'infection ou de statut immunitaire. » . Les biomarqueurs pourraient être utilisés comme base pour surveiller l'état de santé subclinique des porcs ou pour développer des interventions liées à l'alimentation visant à améliorer le système immunitaire des porcs.

« La découverte de biomarqueurs « non invasifs » aide les chercheurs à déterminer l'état de santé des animaux, mais réduit également leur stress, en particulier lors de la collecte d'échantillons biologiques, tels que le sang, qui implique généralement des procédures invasives », indique l’étude.