Épisode 2 de storytelling : une nouvelle astuce

Publié 23 Avril 2019

Vous avez lu notre article précédent sur le storytelling et vous voulez un autre truc pour faire passer des messages et avoir de l’impact sans trop vous casser la tête ? L’astuce, c’est d’utiliser des listes de trois.

Pour rappel, le storytelling– ou communication narrative – consiste à raconter une histoire dans le but de mieux faire passer un message, de mieux se faire comprendre, de convaincre plus facilement. Bref, c’est une technique de communication particulièrement efficace.

Si vous avez loupé notre article précédent, pas de panique, en voici le texte intégral. Par contre, si vous l’avez déjà lu et que vous vous en souvenez, passez directement au deuxième truc.

Pour faire passer un message, raconter une histoire de manière structurée est beaucoup plus efficace qu’aligner une liste d’arguments aussi pertinents soient-ils. Raconter une histoire permet de capter l’attention et de susciter des émotions.

Autre avantage du storytelling : il est aussi efficace oralement que par écrit. Vous pouvez donc l’utiliser aussi bien lors d’une conversation avec un client que sur votre site web, sur les réseaux sociaux (votre page Facebook par exemple) ou dans vos mailings.

Mais attention, le storytelling ne s’improvise pas ! Bien au contraire, pour captiver un maximum, il faut préparer et structurer son histoire en appliquant quelques techniques très simples, et transformer ses idées abstraites en un scénario concret.

Premier truc : structurer son propos en « mettant en récit » ses idées, avec une histoire qui doit impliquer au minimum un personnage ainsi qu’un « avant » et un « après ».

Exemple : vous voulez raconter l’histoire d’un chien arthrosique que vous avez traité avec succès. Dit comme ça, ce n’est pas très sexy…

Voyons maintenant ce que ça donne en mode storytelling :

« Django, berger allemand de 10 ans, souffrait tellement d’arthrose que chaque promenade dans le quartier, même très courte, était devenue un supplice. Il avait tellement mal que pour l’amener à la clinique, Marcel, son maître, a dû le porter pour l’installer dans sa voiture. Mais grâce à son traitement anti-inflammatoire quotidien et sa séance d’hydrothérapie hebdomadaire, Django a retrouvé une nouvelle jeunesse. Il peut enfin partir en promenade, à pied ou même en voiture. »

Voilà un excellent début, non ? Passons maintenant à l’étape supplémentaire pour avoir encore plus d’impact.

Deuxième truc : utiliser des listes de trois pour donner une forte impression de structuration, de rigueur et de clarté, faciliter la mémorisation et augmenter l’impact du message.

Exemple : reprenons l’histoire de Django, le chien arthrosique que vous avez traité avec succès et améliorons notre récit avec la liste de trois « Il part avec joie en promenade, monte les escaliers et grimpe dans la voiture tout seul ».

Ce qui nous donne donc :

« Django, berger allemand de 10 ans, souffrait tellement d’arthrose que chaque promenade dans le quartier, même très courte, était devenue un supplice. Il avait tellement mal que pour l’amener à la clinique, Marcel, son maître, a dû le porter pour l’installer dans sa voiture. Mais grâce à son traitement anti-inflammatoire quotidien et sa séance d’hydrothérapie hebdomadaire, Django a retrouvé une nouvelle jeunesse. Il part avec joie en promenade, monte les escaliers et grimpe dans la voiture tout seul ».

A vos claviers pour la mise en pratique !

A la semaine prochaine pour un autre truc.

Crédit photo : Pixabay