Engagement entre l'OMS, l'OIE et la FAO pour mettre en œuvre « One Health » en Europe et en Asie.

Publié 23 Juillet 2021

Les organisations internationales se sont engagées à établir et à soutenir un mécanisme de coordination en Europe et en Asie centrale basé sur l'approche « One Health – Une seule santé ».

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont engagées à renforcer la coordination multisectorielle et les efforts de lutte contre les menaces pour la santé animale dérivées des interactions entre les humains, les animaux et l’environnement en Europe et en Asie centrale.

Ce message a été présenté lors d'un événement virtuel des membres tripartites régionaux, représentés par Hans Henri P. Kluge (directeur régional de l'OMS pour l'Europe), Vladimir Rakhmanin (directeur général adjoint et représentant régional de la FAO) et Budimir Plavsic (représentant régional de l'OIE pour l'Europe).

Les institutions se sont engagées à établir et à soutenir un mécanisme de coordination régionale basé sur l'approche « One Health », et à promouvoir sa mise en œuvre tant au niveau de la direction exécutive que des experts techniques.

Dans le cadre du mécanisme de coordination, la tripartite mettra également en place une plateforme régionale « One Health », réunissant des décideurs politiques, ainsi que des experts, pour fournir des conseils stratégiques et favoriser la mise en œuvre de la stratégie « One Health » en Europe et en Asie centrale.

« L'épidémie soudaine et l'ampleur de la pandémie actuelle de COVID-19, une crise de la santé humaine potentiellement causée par un virus d'origine animale, mettent en évidence la nécessité d'une action coordonnée entre les secteurs pour protéger la santé et prévenir les perturbations des systèmes alimentaires », a souligné Vladimir Rakhmanin.

Pour sa part, Hans Kluge s'est félicité de l'initiative et a noté que « la tripartite a reconnu depuis longtemps « One Health » comme la voie à suivre pour traiter les divers problèmes de santé qui trouvent leur origine dans l'interface animal-humain-environnement. L'OMS ne prend pas à la légère son rôle et sa contribution au concept. Cependant, malgré des années de collaboration au sein de la tripartite et avec les partenaires régionaux, nous pouvons faire mieux. C'est pourquoi nous accueillons chaleureusement la formation du mécanisme de coordination pour une seule santé pour l'Europe et l'Asie centrale. Le mécanisme nous permettra de nous engager avec les États membres au niveau politique et technique, en fournissant une plate-forme pour réunir les parties prenantes internationales et nationales afin d'examiner conjointement les besoins et les défis à travers le prisme d'une seule santé, et d'organiser collectivement une réponse pour éviter la duplication des efforts et le gaspillage de ressources ».

De même, le représentant de l'OIE pour l'Europe, Budimir Plavsic, a commenté : « Nous voulons envoyer un message fort sur notre engagement à mettre en œuvre notre vision commune d'une seule santé dans toute l'Europe, dans ses 53 États membres, avec leurs systèmes de santé nationaux engagés en associations capables de prévenir, détecter, contenir et éliminer les risques pour la santé publique et animale ayant un potentiel zoonotique et un impact important sur la sécurité alimentaire et la stabilité générale ».

Il a également ajouté que « le mécanisme One Health facilitera la collaboration fonctionnelle avec d'autres partenaires en Europe et augmentera les capacités de prévention et de contrôle, non seulement pour les pandémies actuelles de COVID-19 et de résistance aux antimicrobiens, mais aussi pour celles qui proviendront des événements liés à l'interface animal-humain-environnement ».

One Health est une initiative mondiale intégrée visant à garantir une approche holistique pour faire face aux menaces pour la santé des animaux, des humains, des plantes et de leur environnement commun.

Le mécanisme de coordination a été mis en place pour identifier les priorités régionales, faciliter le développement d'activités dans ces domaines et soutenir les engagements communs et le partenariat à l'interface animal-humain-environnement pour un soutien coordonné aux pays.

Selon elle, la participation de tous les décideurs et experts concernés des organisations tripartites garantira une coordination solide et de haut niveau du soutien et une visibilité politique élevée dans les domaines « One Health ». 

Les zoonoses à potentiel pandémique, les maladies d'origine alimentaire et les zoonoses endémiques, telles que la rage et la brucellose, sont à l'origine de nombreuses infections et décès dans le monde tout en entraînant des coûts socio-économiques importants.

« La pandémie actuelle, ainsi que l'émergence continue de menaces pour la santé provenant de l'interface animal-humain-environnement, exhorte les 3 organisations à réévaluer, renouveler et augmenter leur soutien aux pays pour prévenir, détecter, évaluer et gérer les menaces potentielles pour la santé, dans le but de protéger la santé publique, d'éviter les perturbations économiques et de maintenir les moyens de subsistance ».

Dans la déclaration commune, la tripartite reconnaît l'importance d'une collaboration et d'une communication étroites entre tous les secteurs responsables de la santé, dans le cadre de l'approche « One Health ». Le concept est particulièrement pertinent pour traiter les problèmes de santé associés à la résistance aux antimicrobiens, aux maladies zoonotiques, à la sécurité sanitaire des aliments et à la sécurité sanitaire.