Des vétérinaires du monde entier s'unissent contre l'élevage d'animaux brachycéphales.

Publié 03 Septembre 2021

Diverses associations et professionnels ont élaboré un texte dans lequel il est exhorté à reconsidérer l'élevage de ces animaux.

Brachycéphale signifie museau court/plat, et c'est une caractéristique qui a été sélectionnée dans certaines races, principalement chez les chiens, les chats et les lapins. C'est une caractéristique non existante à l’état naturel qui est à l’origine d’une grande variété de problèmes, de déformations et de maladies en raison du fait que des animaux à la face de plus en plus plate ou courte ont été sélectionnés. Au cours des dernières décennies, la brachycéphalie a été poussée à l'extrême chez les chiens, comme le bouledogue français, le bouledogue anglais, les carlins et les pékinois, et chez les chats, comme le chat persan et l’exotic shorthair.

Récemment, plus d'un millier de professionnels du secteur vétérinaire du monde entier ainsi que 71 organisations, telles que la Fédération des vétérinaires d'Europe (FVE), la Fédération des associations vétérinaires européennes pour animaux de compagnie (Fecava), la World Small Animal Veterinary Association (WSAVA), ont signé un manifeste sur les conséquences fatales de l'élevage d'animaux présentant cette caractéristique.

Le plus notable, expliquent-ils, est le syndrome d'obstruction chronique des voies respiratoires supérieures, plus communément appelé syndrome brachycéphale. 

Des études récentes suggèrent que plus de la moitié des bouledogues et environ les deux tiers des carlins présentent des signes cliniques lors de la respiration, qui sont souvent acceptés comme normaux par leurs propriétaires. Bien que le ronflement et la respiration sifflante soient considérés comme normaux, ils sont des signes de troubles et d'essoufflement. Beaucoup de ces animaux s'effondrent lorsqu'ils font une activité ou prennent plus de temps que la normale pour se remettre de l'exercice, dans la mesure où beaucoup nécessitent une intervention chirurgicale pour avoir une vie normale.

« Ces animaux souffrent de diverses malformations qui causent des problèmes respiratoires, telles que des narines étroites, un excès de tissus mous dans la bouche et la gorge, tels que le palais mou et une langue relativement grande, et ils ont également tendance à avoir des trachées très étroites par rapport à des animaux de taille similaire aux traits normaux », disent-ils.

Les chiens utilisent une partie importante de leur museau pour se rafraîchir, en particulier par temps chaud, mais « ce mécanisme est pratiquement inexistant chez les chiens brachycéphales et, par conséquent, ils sont beaucoup plus sensibles aux coups de chaleur, qui peuvent mettre leur vie en danger. » 

En revanche, ils mettent en garde contre l'augmentation des vidéos sur les réseaux sociaux, classées comme drôles ou mignonnes, de chiens brachycéphales qui s'endorment assis ou avec des jouets creux dans la gueule. « Ces vidéos ne sont pas drôles, elles montrent en fait comment ces animaux ont appris à dormir pour garder leurs voies respiratoires ouvertes et fonctionnelles. »

Les experts soulignent que ces problèmes respiratoires sont exacerbés par le surpoids, de plus en plus fréquent chez les chats et les chiens. Pour accentuer encore le problème, ils soulignent que la norme anglaise actuelle pour la race de carlin stipule qu’« elle ne doit pas avoir une apparence légère ou élancée ».

PROBLÈMES PRINCIPAUX

En plus des problèmes respiratoires, ces animaux souffrent souvent de graves problèmes dentaires, dus au fait que leurs mâchoires et leurs dents sont déformées en raison de leur face très courte, et présentent donc des problèmes pour tenir et mâcher leur nourriture.

Ils ont également des yeux proéminents qui sont facilement sujets aux blessures. Les plis de leur face les prédisposent aux infections cutanées chroniques et aux inflammations. Les hernies discales sont fréquentes chez les chiens sélectionnés pour une queue enroulée. Ils présentent des maladies liées à la faible diversité génétique de ces races.

Il est également fréquent d'observer des troubles gastro-intestinaux dus à la pression différentielle entre le thorax et l'abdomen lors de la respiration, souvent forcée, comme le reflux œsophagien ou la hernie hiatale de sévérité variable. « Des études récentes montrent également une augmentation alarmante des malformations cardiaques, souvent inopérables, chez les bouledogues anglais », disent-ils.

Chez les chats, les problèmes respiratoires passent souvent inaperçus, car ces animaux, lorsqu'ils éprouvent des difficultés respiratoires, deviennent plus sédentaires, cherchant à se sentir à l'aise. Les chats hésitent à respirer la bouche ouverte, et les plus touchés trouveront cela très stressant, tout comme les chiens.

Chez les lapins brachycéphales, les problèmes dentaires peuvent être mortels. Les dents de lapin poussent continuellement et si la conformation anatomique ne permet pas aux dents de s'occlure parfaitement, comme le veut la nature, elles deviennent trop grosses, provoquant des douleurs, des infections des gencives, des abcès dentaires et, souvent, la mort.

Par conséquent, les vétérinaires, assistants, techniciens vétérinaires, professionnels apparentés et organisations du monde entier qui signent le document estiment que l'élevage d'animaux extrêmement brachycéphales est fondamentalement contraire au bien-être et à la santé des animaux et doit être arrêté. « Nous exhortons les décideurs et les organisations vétérinaires du monde entier à utiliser les moyens fournis sur ce site Web pour essayer d'influencer et de créer un changement positif pour le bien-être futur de nos animaux de compagnie », concluent-ils.

Les professionnels vétérinaires qui souhaitent adhérer au manifeste peuvent le faire via ce lien.