Cultures d'urine chez les chiens contre la résistance aux antibiotiques

Publié 30 Septembre 2022

À de nombreuses reprises, le traitement des infections urinaires chez le chien est réalisé de manière empirique, ce qui favorise l'apparition de résistances aux antibiotiques.

L'émergence de la résistance aux antimicrobiens des bactéries isolées chez les chiens atteints d'infections urinaires est un problème majeur de santé publique et animale. Les infections urinaires dues à des bactéries multirésistantes augmentent la morbidité, les échecs thérapeutiques et le coût des traitements. De plus, le contact direct entre l'homme et le chien favorise la transmission zoonotique de bactéries multirésistantes, ce qui représente un risque sanitaire pour les populations vulnérables, notamment les enfants et les personnes immunodéprimées.

D'autre part, les infections urinaires affectent environ 14 % des chiens au cours de leur vie. Les bactéries les plus courantes isolées lors des infections urinaires canines sont entre autres Escherichia coliStaphylococcus sp.Enterococcus sp..

Les principaux agents pathogènes bactériens urinaires des chiens peuvent souvent être résistants aux antimicrobiens couramment utilisés pour traiter les infections urinaires ou aux antimicrobiens importants pour la médecine humaine. Par exemple, une augmentation de Staphylococcus pseudintermedius résistant à la méthicilline isolé chez des chiens atteints d'infections urinaires a été signalée.

Traitement empirique des infections urinaires

À cet égard, les meilleures pratiques pour le diagnostic et la gestion des infections urinaires chez les animaux de compagnie impliquent de réaliser une culture bactérienne et des tests de sensibilité des agents pathogènes isolés de l'urine avant d’entamer le traitement. Cependant, le traitement antimicrobien des infections urinaires est souvent mis en route de manière empirique pour soulager les symptômes cliniques, sans réaliser de culture et de test de sensibilité. 

Bien que les infections des voies urinaires non compliquées chez les chiens disparaissent dans les 3 à 10 jours suivant le traitement, les infections récurrentes sont difficiles à traiter avec des antimicrobiens de première intention. Sans culture d'urine et test de sensibilité, le traitement des infections urinaires récurrentes peut conduire à des choix antimicrobiens inappropriés et au développement de bactéries multirésistantes. De plus, un traitement antimicrobien à large spectre pour les infections des voies urinaires chez le chien pourrait augmenter la sélection de bactéries multirésistantes. 

Pour explorer cette question, une étude vise à sensibiliser les vétérinaires des animaux de compagnie à l'importance d'effectuer des cultures bactériennes et des tests de sensibilité avant de commencer le traitement des infections urinaires.

Un total de 803 isolats étaient disponibles pour inclusion dans l'étude. Sur le total des isolats bactériens positifs en culture aérobie, 299 étaient Gram-positifs et 504 étaient Gram-négatifs.

Présence de bactéries résistantes

Les isolats Gram-positifs les plus courants étaient Staphylococcus pseudintermedius (n = 144, 17,93 %), Enterococcus faecalis (n = 76, 9,46 %), Streptococcus canis (n = 49, 6,10 %) et Enterococcus faecium (n = 30, 3,74 %). Les isolats Gram-négatifs les plus fréquents étaient Escherichia coli (n = 366, 45,58 %), Proteus mirabilis (n = 89, 11,08 %), Klebsiella pneumoniae (n = 25, 3,11 %) et Pseudomonas aeruginosa (n = 24, 2,99 %).

En explorant la résistance aux antimicrobiens, la prévalence parmi les principales bactéries Gram-positives des options antimicrobiennes de première intention, telles que la combinaison amoxicilline/acide clavulanique et le triméthoprime-sulfaméthoxazole, était élevée dans les isolats de Staphylococcus pseudintermedius, ce qui suggère que les pratiques d'utilisation des antimicrobiens pourraient avoir un impact sur le développement de la résistance à ces antimicrobiens. 

En revanche, une forte proportion d'isolats de Staphylococcus pseudintermedius et de Klebsiella pneumoniaeétaient résistants aux fluoroquinolones et aux céphalosporines de troisième génération. Parmi les bactéries Gram-négatives, les isolats d'Escherichia coli ont montré une prévalence de résistance modérée à faible à tous les antimicrobiens testés.

« Étant donné que les chiens peuvent devenir des réservoirs de bactéries multirésistantes qui peuvent être transmises à l'homme, les vétérinaires devraient informer les propriétaires du risque potentiel de transmission zoonotique de ces agents pathogènes », déclarent les auteurs.

« Les résultats de cette étude peuvent aider les vétérinaires dans leurs choix antimicrobiens lors du traitement des infections urinaires et souligner l'importance de collecter des échantillons d'urine et d'effectuer des cultures bactériennes et des tests de sensibilité avant d’entamer les traitements et ce, pour prévenir le développement de bactéries multirésistantes », concluent les auteurs.