Revue critique des options thérapeutiques pour le traitement de la valvulopathie mitrale myxoïde préclinique chez le chien : une approche pratique

Publié 13 Novembre 2017

La valvulopathie mitrale myxoïde (VMM) constitue la cardiopathie la plus courante chez le chien. Elle se caractérise par une longue période préclinique qui s'étend souvent sur plusieurs années.1-3 Au cours de cette période, la gravité de la maladie évolue : on observe dans un premier temps des lésions myxoïdes bénignes, une régurgitation mitrale (RM) légère et un cœur de taille normale, puis des lésions valvulaires et une RM sévères, ainsi qu'une cardiomégalie. Pour finir, la VMM atteint un degré de gravité tel que le chien peut présenter des signes d'insuffisance cardiaque congestive (ICC). Chez les chiens présentant une ICC, la survie médiane est inférieure à un an.4-6 Cet article a pour but d'examiner les informations disponibles sur différentes options thérapeutiques pour le traitement de la VMM préclinique (asymptomatique).