L’anesthésie d’un chien subissant une chirurgie orthopédique pour illustrer l’analgésie multimodale

Publié 08 Décembre 2015

L’analgésie multimodale est connue en médecine humaine depuis les années 1990. Elle se définit comme étant une association de médicaments analgésiques et de techniques ayant des sites d’action différents et complémentaires, à l’origine d’interactions additives voire synergiques.

L’analgésie multimodale se développe également en médecine vétérinaire suite aux connaissances croissantes des mécanismes de la douleur chez l’animal. La figure 1 illustre les mécanismes de transduction, transmission, modulation et perception de la douleur. Celle-ci débute par la stimulation d’un nocicepteur localisé sur la terminaison d’un nerf périphérique. Un signal mécanique, thermique ou encore chimique est converti en signal électrique. Le signal électrique, le potentiel d’action, est ensuite transmis le long du nerf jusque à la moelle épinière ou l’information est transmise du neurone primaire au neurone secondaire via la libération des neurotransmetteurs. Le neurone secondaire transmet le signal vers le cerveau, où l’information est traitée dans les diverses régions impliquées dans la perception et la modulation de la douleur. En même temps, plusieurs mécanismes de modulation s’activent au niveau de la moelle épinière. Comprendre ce modèle nous aide à choisir une stratégie analgésique pour nos patients et à réaliser une analgésie multimodale.